mercredi 30 juin 2010

J'ai juste envie de pleurer...

Maudit que ma journée s'est mal déroulé! Toute croche! Je me suis réveillée, j'étais de mauvaise humeur. J'avais déjà pris ma décision dans mon sommeil, que je n'allais pas manger aujourd'hui. J'ai réfléchie beaucoup. J'y ai pensé en maudit. Depuis le 10 juin dernier, je me suis désintoxiqué du médicament qu'on m'a prescrit pour apaiser mon trouble de personnalité limite (TPL / BPD). Qu'une douce pilule qui coûte moins cher par moi, me suis-je dis. Plus d'assurance parce que je me suis fais congédier pour la toute première fois dans ma vie. Faut croire que les malades mentales ne sont pas les bienvenus dans les entreprises! Avant de rencontrer la dernière psy, tout allait bien sans le diagnostique de TPL.

Toute ma vie bascule. Toutes mes putains d'efforts depuis les 20 dernières années, ne me servent à rien. Je me retrouve seule, dans un océan, victime d'un accident d'avion, sans gilet de sauvetage, à nager et à nager pour ne pas me noyer. Je ne vois personne à l'horizon! Je vais mourir avec tout mon malheur...

Aujourd'hui, le 30 juin, j'ai recommencé ma pilule depuis 5 jours... Après m'être suicidé 3 fois dans la douche en répétant le geste du poignard en plein coeur et assassiné 2 personnes sur mon passage... Après m'être défoulé de rage en lançant de la vaisselle au bout de mes mains et m'être coupé 2 fois la peau avec un couteau dentelé. Après avoir lancé des lames de mes yeux profonds sur un automobiliste qui ne voulait pas céder le passage... J'ai vu la vraie nature de ma personnalité en trouble d'expressions.

Oui, c'est vrai, j'ai pleuré. J'ai pleuré beaucoup à part ça parce que mes émotions étant incontrôlables, autant dans la joie et dans le rire. J'ai vécu l'angoisse au point le plus élevé m'empêchant de prendre l'autoroute avec ma voiture. J'ai reconnu l'anxiété dans les 100 pas que j'ai marché entre la cuisine et la sale de bain. J'ai aussi,  retrouvé mon désir de fuir la réalité en portant mes mains sur mes oreilles, en me balançant au pied du lit, en répétant:" Lalalalalallalalalalaaaaaaa"! Comme une vraie folle, une vraie cinglée de cinéma.

Après cette expérience de sevrage et de prise de conscience profonde, je suis prête à reprendre ma médication même si je ne dors pas. Le 6 juillet prochain, je rencontre mon médecin avec qui je vais tout lui dévoiler. Comme quoi, j'ai besoin d'un médicament autre que celui je j'ai parce que je ne trouve jamais le sommeil avec, mais comme quoi, sans ça, il arrivera un drame dans ma vie...

Pour conclure, je vous dirai que vaut mieux, dans mon cas, prendre ma médication pour retenir mes idées noires dans ma tête et de ne pas les mettre à exécution. Parce qu'elles traînent dans un corridor étroit où la chute vers l'inconcevable est proche. J'aime mieux pleurer moins, rire moins, mais avoir la force mentale de poursuivre mon chemin vers l'avenir. Je préfère me lever et passer une journée comme un robot qu'on a bien appris ce qui est bon et ce qui est mal. De cette façon, j'arrive à vivre plus naturellement dans la société et surtout, j'ai l'optimiste de pouvoir devenir quelqu'un de normal.

2 commentaires:

Irina a dit…

Bon jour,

je m'excuse pour mon Francais. On m'a contacte de chez pigeon angels au sujet de ton pijeon. S'il tu plait, me contacter au irina.grecu@gmail.com je peut t'aider. J'ai de bands pour le pied de pigeon qui montre qu'il est a toi, en ce moment la un veterinaire peut aider le petit.

Émilie a dit…

Allo... COmment te sens-tu maintenant?! As-tu repris ta médication? C'était quoi, du seroquel!! Je suis Émilie sur fb, en passant ;) Take care xxx

Messages les plus consultés (7 derniers jours)