vendredi 31 décembre 2010

2011


Merci de m'encourager à tout moment. Je vous souhaite une bonne santé en ce début d'année 2011 et beaucoup d'amour et d'amitié.
Je vous remercie du fond du coeur de me lire.
Cela me fait si chaud au coeur ♥

mardi 28 décembre 2010

Liberté

Mais je ne comprends pas. Je ne comprends pas comment je peux boire 26 onzes de rhum et ne rien sentir comme feeling. Je bois, je bois pour faire ressortir mon âme plus fort que mon corps physique, mais ça ne marche plus. Qu'est-ce que je vais faire pour y arriver? Je prends déjà assez de médicaments et de médocs pas prescrit pour oublier la réalité, si l'alcool ne me rends plus le mérite de sa juste valeur, que vais-je devenir? Comment oublier le mal de vivre? À part les maux d'estomac et les dérangements intestinales, qu'est-ce que je peux bien endurer pour me sentir comme vole un oiseau? Dites-moi ce que je dois faire. Je n'ai pas d'issus pour combler le vide d'espace entre le moment présent qui se palpe et la sensation d'être légère et bercé dans le vent!

samedi 25 décembre 2010

24 décembre 2010

Que ce temps des fêtes m'emmerde drôlement. Je commence à mieux feeler depuis que j'ai réussi à prendre un petit verre de rhum sans avoir mal à l'estomac. Foutu corps qui se meurt à petit feu!

En cette nuit de Noël, je ne cherche pas grand chose. Juste de pourvoir passer le temps pour que les jours passent et que s'arrête ce sentiment d'impuissance de donner des cadeaux.

Toute ma vie est de la merde en conserve. Ma vie tout entière est une boule de désespoir et d'excessif débordement d'émotions. Je regrette tellement d'être né. Pourquoi maman? Mettre au monde un être et l'élever dans une famille dysfonctionnelle. Un père absent, une mère avec une problématique de maladie mentale qui n'a jamais été soigné. Et si? Et si j'étais née dans une autre famille.

Je déteste Noël parce qu'il n'y a rien de sérieux dans ce souper de famille qui a lieu entre le 26 décembre et le 3 janvier. Un faire semblant de bien s'entendre. Un repas d'où ma mère oublie que j'ai des allergies alimentaires et alors elle me sert un plat, avec traces de noix ou de poissons. J'en ai vraiment marre!

Finalement, je passe le 24 décembre dans la colère et la haine de ne pas pouvoir vivre une belle soirée dans la normalité. Je passe en voiture pour observer les party dans les maisons voisines et ça me fait chier. Je hais Noël! Et toute sa mentalité d'offrir des cadeaux et d'être entre amis et famille. Fuck off le Père Noël!

jeudi 23 décembre 2010

Angoisse

J'en ai marre en ce moment. La grosse crise d'angoisse qui me pogne au cou. Qui me fait faire les 100 pas dans mon petit 2 1/2. Je cherche une porte de sortie qui ne ressemble pas à la porte de l'appart. Je cherche un remède pour engourdir mon angoisse. L'alcool ne marche pas, l'alcool ne marche plus. Mes médocs pour dormir non plus. J'ai des responsabilités et de toute façon, je ne peux pas aller dormir sans prendre vers 23:00, ma pilule cardiaque et donner l'antibiotique à mon oiseau. Est-ce que je peux me cacher dans le garde-robe? Est-ce que je peux me mutiler sans que ça paraisse? Quelle merdique moment à passer...

dimanche 12 décembre 2010

Jour heureux

Y'a de ces jours que je voudrais avoir tous les jours. Ménage ménage ménage. Bonne humeur avec exaltation des émotions par le chant et la danse. Quand mon réveil est doux, ma journée est souriante. Me suis levée vers 9:30 et j'ai commencé ma journée par un lavage de lit. Par malchance, j'ai remarqué que 3 tâches de sang occupaient mon sous-drap. Me dis-je:" J'espère qu'au lavage, tout va partir!" J'ai ensuite passé beaucoup de temps avec la télévision et internet...

Comme mon humeur ou plutôt, ma personnalité était d'un côté positif, je me suis donné des limites à respecter pour avoir le temps de vivre le moment présent. J'ai donc décidé de chronométrer mes temps de pause sans internet. J'ai commencé par 75 minutes sans toucher l'ordinateur. Et plus tard, un 2ième 75 minutes et enfin, pour terminer ma journée, un dernier 60 minutes. Bravo! J'ai réussi! Qu'est-ce que cela veut dire pour vous? Rien? Et bien pour moi, c'est une étape de franchi. C'est simplement un but que je me suis donné et que j'ai respecté.

Oh que oui! Que d'émotions positifs! Si chaque matin était suivi d'un but aussi atteignable, et atteint, je ne mériterais que de bravoure. Malheureusement, le cas n'est pas aussi disponible et dans une année, plus de jours sans reconnaissance m'est attribué.

Aujourd'hui, j'ai payé mes factures, j'ai lavé 2 cages d'oiseaux, j'ai fais 3 fois la vaisselle, j'ai lavé 2 brassé de linge, j'en ai plié une, je me suis fais à manger, j'ai sortie aussi. J'ai été à la SAQ et au Metro. J'ai vidé la poubelle avec la litière à chat que j'ai nettoyé avant...

J'avais des études à faire en fin de semaine, mais je n'ai même pas ouvert mes livres. C'est désolant, mais c'est mieux que je passe une belle journée sans étudier que d'étudier avec mon côté négatif de ma personnalité. C'est vraiment pas facile à vivre avec le trouble que j'ai. Je rencontre mon médecin vendredi et je vous tiendrai au courant des déroulements. Je vais lui demander si c'est possible d'augmenter ma dose de médicaments d'antiobsessionnel, car j'obsessionne beaucoup trop. La symétrie et la propreté me dérange dans la vie de tous les jours.

Enfin, ma journée se termine dans un verre de rhum et d'allumage de cigarettes même si je ne suis plus fumeuse. Il me reste du temps pour facebook et twitter et le petit peu qui suivra, sera pour avaler mon arythmie pilule et celle qui me donnera le sommeil. Ce fut une belle journée qui se termine sur une note d'amertume, comme d'habitude, j'aimerais mieux mourir avant la nuit pour dormir dans la joie et ne pas me réveiller demain dans un autre corps remplit de noircissure...

dimanche 5 décembre 2010

Dernier service

Quel monde m'aie-je inventé pour réussir à vivre encore à 35 ans? J'ai encore de la misère à comprendre. Je suis tellement nécrosée et remplis de noirceur. Je n'ai pas le courage de mettre fin proprement dit, à ma vie. Si j'avais le courage, fait longtemps que je ne serais plus de ce monde. Tellement difficile de respirer chaque jour qui se lève. Chaque journée est un combat pour m'empêcher de mettre fin à ma vie.

Croyez-vous que je peux trouver le courage dans les jours qui viennent, de couper mon souffle de vivre? Ceux qui mettre fin à leur jour, eux, ils sont courageux...

vendredi 3 décembre 2010

Trouble d'obsession compulsif

Aujourd'hui en cours, on nous a enseigné ce qu'était le trouble d'anxiété généralisé. Le TAG communément appelé et le trouble d'obsession-compulsif, le TOC. Quel calvaire! Queleeee calvaire! Je le cris, car je souffre. Comment dois-je me comporter en classe? Comment faire pour ne rien faire paraître? Je me suis posé la question des dizaines de fois durant le vidéo. Là où l'on voit souffrir des gens comme moi d'où les autres élèves passent des commentaires que je ne voudrais pas entendre. Les élèves disent:" Mais, c'est malade! Ça n'a pas de bon sens!" S'ils savaient ce que je vis...

Vraiment, je ne savais pas comment réagir. J'ai pensé, pendant les cinquante minutes de la présentation visuelle, que j'allais courir vers la porte du local et me sauver. J'y ai pensé sérieusement. En fin du compte, je ne me suis pas trop concentré sur le moment présent, mais plutôt sur mes agissements, mes "devoir paraître".

dimanche 28 novembre 2010

La fin

Est-ce que je peux fermer les yeux à l'instant même et m'endormir pour l'éternité? Puis-je déconnecter mon esprit de la réalité et partir pour un monde imaginaire? Je me demande si je devrais avaler tous les comprimés de ma bouteille et m'endormir sans me réveiller. Je me le demande trop souvent par rapport au jour de joie. C'est la merde de vivre dans le mal. Je suis condamnée à chaque jour, de me lever et de passer un jour dans ce corps soufrant. Je suis obligée de résister à cette envie de mettre un terme à ma vie. Je n'ai pas le courage d'en finir. Mais j'y songe sérieusement. Je cherche comment je peux bien faire. Quand je trouverai, vous ne le saurai pas. Vous le découvrez seulement parce que je n'écrirai plus sur mon blog. Allez, il est temps de manger. Comme je suis toujours en vie, je dois nourrir mon corps. On verra bien dans les prochaines années ce que je vais décider. Si j'ai le courage de mettre fin à ma réalité, je vous le dirai, le jour venu...

Bonheur et malheur

Oh que oui! Que de bonheur dans cette bouteille de vin. Je vois la musique qui me fait danser et le sourire aux lèvres qui me rend inatteignable! Oh que le vin coule à flots et que les soucis s'effacent au gré du verre qui se boit. Je suis si bien quand je dépasse mes barrières mentales. Lorsque je vis secondes à la secondes sans trop penser. Sans me demander qu'est-ce que j'ai à faire, qu'est-ce que je dois dire, qu'est-ce que je dois écrire.

Vaut mieux vivre ivre et remplit de bonheur que sobre et remplit de malheur. Vous ne serait pas d'accord? C'est certain. Vous n'allez pas écrire de commentaire, mais vous allez penser que ce que je dis n'a aucun bon sens. L'avez-vous vécu? Êtes-vous alcoolique? Comment vous sentez-vous quand vous prenez quelques verres de trop? Et bien, moi, je suis bien bien bien. Je perds mon agressivité, ma colère et je suis "zen".

Pourquoi suis-je aller en désintoxe? Et bien, parce que mon corps ne suis pas la cadence. Il est meurtrit de tant d'années de consommation d'alcool. Il ne peut plus en avaler plus. Mais là, je m'en fou! C'est terminer ce temps d'abstinence. Je veux retrouver cette belle personnalité, enivrée de poème, de sexe et de bonheur. Je veux bien mourir avec un sourire et une belle musique qui berce mon âme vers les cieux. Je ne souhaite pas terminer ma vie dans la violence et la lourdeur de mon corps physique qui pèse sur mon lit de fin de vie...

Pensées du 28 novembre 2010 à 12:21


Maudit que je voudrais ne pas être née. J'écoute Marc Anthony puis je me rappelle tout ce que j'ai été lorsque j'ai habité la République Dominicaine. Je me rappelle tout le bonheur dans mon coeur. Je me rappelle ces beaux couchers de soleil et ces levées formidablement chaud et humide... Je me rappelle combien je ne me préoccupais pas de ma santé. je n'avais pas d'allergie, je n'avais pas d'arythmie. La vie m'a rendu malade. En fait, c'est mes idées noires et mon entêtement qui m'a rendu si faible et déchue. Je suis si triste. Je suis si mal de vivre. Je suis si désolée d'avoir vu le jour lors de ma naissance. Quel sens prend ma vie en ce moment? Que veut Dieu de moi? Qu'est-ce que demain me réserve? Je suis le courant et il m'amène pour le moment sous un pont sombre...

vendredi 19 novembre 2010

Against Animal Abuse

Encore une fois, l'horreur d'une animalerie me rappelle combien l'humain est idiot et insensible. Je suis malheureusement de cette race. Et tout le monde autour de moi sait bien que je ne suis pas raciste, mais je déteste les humains. Je suis sincèrement désolée d'être cet animal dénaturé qui ne sais plus chasser que pour se nourrir.

J'ai trouvé ma voie, ma mission depuis assez longtemps pour ne plus me demander qu'est-ce que je fais sur cette terre. Je suis là pour défendre les animaux de l'univers et aussi les malheureux de la planète Terre. Depuis des années, j'ai l'âme au don de soi sur le bout de mes doigts. Je donne, je donne et je donne encore. Je ne veux que le bonheur des autres et parallèlement, je ne veux que la fin de mon existence au plus sacrant. Comment ce paradoxe existe-il?

Dans ma vie, et elle n'est pas encore terminé, j'ai pris soins de Frisoux, Roucky, Muchacho, Chiquita, Mongolo, Nero, Blanca, Dr. Dolittle, Taïna, X, Miracle, Kalimero et Superman. 13 cochons d'Inde à qui j'ai donné, amour, affection, nourriture, eau et propreté. J'ai sauvé de la maladie et de la maltraitance, Édith, Kroukrou et Clémentine, 3 oiseaux magnifiques qui ne manquent jamais d'eau fraîche et de dialogue partagé à tous les matins même lors de jours sombres. Et Dolly, Jolly Dolly, mon Rex Cornish que j'ai adopté à l'âge de 5 ans. Pris entre 2 maisons, j'ai comblé le vide en ouvrant mes mains et en l'accueillant dans ma vie. Elle a maintenant 13 ans bientôt.

Je vous passe entre les lignes du dernier paragraphe, toutes les souris, rats, hamster, lapin, oiseaux et chats que j'ai porté assistance pour leur rendre la vie plus belle. Je vous fais grâce aussi de tous les animaux de la faune naturel que j'ai nourris et soigné, chenilles inclus. Bienheureux celui ou celle qui se pointe à ma porte pour demander secours. Je suis toujours disponible.

Et les humains dans tout ça? Je n'ai pas autant de tolérance et de gentillesse, car si l'intelligence rend l'homme supérieur aux animaux, l'instinct des bêtes est beaucoup compréhensible et remplit de courage. Bravo à tout le règne animal pour sa bonté et son don de soi. Les animaux sont si spontanés et ils nous accueillent dans leur monde sans rien n'attendent en retour. L'être humain, lui, est égoïste et ne cesse de prendre plaisir à tuer pour démontrer sa supériorité et c'est plutôt triste.

Je juge les autres...

Je ne sors pas souvent. je ne sors pas souvent dans les bars non plus. Je ne sors presque jamais de la maison. Mais là, j'arrive d'une soirée entre amis et je suis à courts de mots. Je ne sais pas comment expliquer à moi-même pourquoi le peuple n'est pas fier quand il sort. Je ne trouve pas vraiment les phrases pour exprimer ma déception devant tant de "niaisitude", de "grossiturde" et de "laiditude". Mais où donc le monde s'en va t-il pour se laisser aller tant à l'abandon physique?

D'abord, avant de sortir, je me suis lavée. Pas juste le corps là, mais les cheveux aussi. Bon, vous me dirai, c'est normal! Je vous réponds:" Ce soir, je vous jure, y'en avaient qui s'étaient pas lavé pantoute!". Ensuite, je me suis maquillée, je me suis coiffée, je me suis bien habillée et je me suis parfumée. On s'entend pour dire qu'avoir de la "classe" n'a rien avoir avec le poids d'une personne. Quand même, si t'es pas bien roulé, bien arrange-toi un peu pour montrer que tu t'aime, que t'es fier de ta personne et que tu démontre un certain respect envers toi et les autres.

En tout cas, ma frustration n'est pas encore passée. Les gars au bar gardent leur casquette, leur maudite veste à capuchon d'école en coton ouaté pis ils boivent en maudit pis ils ne sont pas discrets quand ils veulent une fille juste pour baiser avec elle. Les filles ne sont pas mieux avec leur grosse poitrine bien en vue, leur tour de taille qui dépasse le bas d'la camisole, leur cheveux bien gras pis leur drague à la con pour finir par dire à un mec qu'elles sont déjà prisent avec 1 enfant qui les attend à la maison.

Enfin, je trouve que l'heure est au plus grave et je me demande bien qui portera un jour tout ce fardeau de nonchalance et de paresse avec comme solution à tous les problèmes, un déjeuner au fastfood du coin!

samedi 6 novembre 2010

Recherches et statistiques

Bon, depuis 2 jours que je lis sur l'arythmie. C'est vrai que ça m'a rassuré un peu, juste un peu. J'ai gardé en favoris des adresses du web où je dois y retourner pour lire d'avantage et j'ai commencé à prendre une capsule de magnésium pour aider le rythme de mon coeur.

Juste comme cela, je voulais le partager avec vous. Je publie beaucoup de liens sur mon profil Facebook et aussi sur Twitter. J'espère que ça peut aider quelqu'un dans la même situation que moi. Impossible de vivre et d'accepter ses extrasystoles et sa tachycardie, c'est mortel!

Que pensez-vous sur ce sujet? En faites-vous? Combien par 24 heures (Holter)? Médicaments? Produits naturels?

J'attends vos réponses...


vendredi 29 octobre 2010

Arythmie quand tu me tue!

Bonjour et/ou bonsoir à tous, pour ne pas avoir l'impression d'être seule ce soir, je fume et je bois après 3 mois d'abstinence. Je suis déconcertée ou plus je dirais, j'ai des idées suicidaires qui vous effleurons les oreilles ou les yeux en lisant ceci sur mon blog. Oui c'est vrai, j'ai eu plus de membre que je n'aurai espéré, mais ce n'est pas assez pour me motiver à continuer.

J'ai envie d'une popularité qui ferait de moi, une poète. Depuis trop longtemps, depuis plus de 20 ans que je compose des poèmes et y'a personne qui m'a pris en charge pour m'aider à créer mon premier recueil de poèmes. Pourquoi ai-je toujours cette idée en tête et que ce rêve ne se réalise jamais?

Depuis tant d'années que je vis avec un rythme du coeur défaillant... Je ne sais plus quoi écrire en ce moment... mon verre est vide et Lara avec Maurane me chante:

Souvent je me dis: " Mais à quoi cela sert de continuer à vivre quand tu n'as pas enfant?" "À quoi cela sert de continuer à vivre si tu n'as pas la santé?" "À quoi cela sert-il de vivre si le bonheur ne frôle même pas le bout de tes doigts?" et aussi: "À quoi sert-il de me lever le matin et n'avoir que l'envie de me rendormir à la nuit venue parce que de respirer toute la journée m'est d'un grand effort".

Ce soir, j'ai décidé que l'arythmie qui m'envahit va me tuer si cela ne cesse pas... Cette nuit, j'ai pris la décision que les résultats de mon prochain "Holter" seront déterminant. Ça passe ou ça casse. Je trouverai le courage de me battre avec le cardiologue et le médecin et si sans résultat donnant, je réglerai mon compte de souffrance promptement.

Ainsi va ma vie qui va...

mardi 19 octobre 2010

Arrêt d'abstinence

Ici, ce soir, en ce moment même, j'ai de la tachycardie. Je prend un petit verre de rhum et en réalité, j'essaie de boire le plus vite que je peux. Depuis ma cure de désintoxe en 2007, je prend encore conscience, 3 ans plus tard, de ma condition d'avant. Je réalise beaucoup trop de chose qui sont trop difficile à coucher sur papier. Après 21 mois d'abstinence, j'ai fais le choix de reprendre le premier verre...

Depuis le mois de janvier 2009, j'ai passé par toutes sortes de moments tristes et heureux et ce, avec ou sans alcool. J'ai compris qu'on pouvait sourire et rire aux larmes, même sans avoir bu une goutte. J'ai appris par le fait même que l'alcool me rend plus joyeuse et moins agressive. J'ai compris aussi que le goût me répugne et qu'avant c'est l'effet que je recherchais, pas un désir gustatif.

Maintenant, que ce soit du Porto, du Cognac, du Pineau des Charentes, du rhum de Cuba, de la Tequila, du Cinzano, du vin rouge ou blanc ou du Grand Marnier, c'est toujours du pareil goût d'émotions...

J'ai perdu mon âme... j'ai perdu mon identité depuis les 3 dernières années... j'ai perdu ma fierté, ma beauté. J'ai laissé de côté la cigarette et la poésie... J'ai perdu ma bonne humeur, ma patience et ma joie de vivre. J'ai oublié que je ne suis pas seule dans la société et je m'imagine servant à rien. Comprenez-vous que dans mon abstinence, je ne peux m'abstenir de vous dire que ma vie est triste? Ma vie est morose? Ma vie... quelle qualité de vie ai-je?

Depuis 3 ans, je suis malade... J'tannée de l'hypoglycémie et surtout de l'arythmie cardiaque, écoeurée! Bien dépassé par les évènements, maintenant que mes pilules contrôle ma santé mentale, je souffre le martyre physiquement, ce que je n'avais pas avant.

La musique me manque, les soirées de danse me manque, le plaisir d'être en contrôle de moi-même s'est envolé. Que dois-je faire? Je me tourne vers une autre drogue qu'est les médicaments... Quelqu'un a de l'herbe à fumer? Quelqu'un a de l'amitié à partager avec moi? Qui veut bien d'une femme comme moi. Je me fais critiquer tout le temps. Je n'arrive pas à attirer l'attention assez grande pour sentir que je ne suis pas seule dans la vie, dans mon monde.

La suite de l'histoire, au prochain billet du blogue, si je réussi à avoir plus de 12 membres, car avec ce nombre, je ne suis plus encouragée à continuer. J'ai besoin d'aide. J'ai besoin de beaucoup de support et je ne le trouve nul part...

samedi 18 septembre 2010

CFP Fierbourg Assistance à la personne en établissement de santé

Venez-vous joindre au groupe de la page sur Facebook pour tous les étudiants, futurs étudiants, ex-étudiants de fierbourg en "Assistance à la personne en établissement de santé ou à domicile".

samedi 14 août 2010

Ma vie [Poème]


Le monde peut bien dormir ce soir
La vie qui m’avait souris pour l’instant
A prit le chemin du désespoir
Me laissant vivre dans le néant

J’ai cru que le bonheur se trouvait
Dans le quotidien du matin
J’ai cru en l’avenir qui s’ouvrait
J’ai abandonné mon être au sien

Le bonheur est un espoir vivant
Qui n’existe que dans les livres
Là où le scénario se croit menant
Et que la réalité prend la dérive

En fait, la joie de vivre du moment
Le sourire de l’instant n’est qu’illusoire
Tout se passe dans l’âme du vivant
La vie n’est qu’un passage au désespoir

Je me réveille à présent au soleil levant
Réalisant que ma vie du présent se leurre
Que d’autrefois, je vivais pleinement
Que je me suis perdu des millions d’heures

J’avais un espoir qui me servait de guide
Je me sentais vivre sans contrainte d’âge
Mais je meurs à petits pas, loin d’être libre
Des barreaux se dressent sur mon passage

Et puis, la délivrance du bonheur suprême
Se trouvait dans mon verre d’espérance
Et la vie, si cruelle, m’a prit ce que j’aime
Pour me laisser dans un état de démence

Ma vie d’aujourd’hui ne ressemble à rien
Je ne sais plus qui je suis dans le présent
J’ai perdu le sens même d’une identité sereine
Mon existence s’efface au gré du vent

©WebSyCreation (22 août 2009)

Adieu [Poème]

Adieu
Aux soirées enivrées de solitude
À la détresse de la confiance
Des nuits passées devant la Lune
À n’avoir comme amie que la danse

À nos deux corps mixés, entrelacés
Pour que nous soyons qu’une personne
Moi, la carcasse physique agenouillée
Toi, la Déesse psychique qui résonne

Adieu
À la certitude d’un matin en santé
Aux régimes pour perdre la faim
Au manque de moyen pour acheter
Qu’un simple bout de pain

À la peur d’oublier mon nom
À la mémoire dysfonctionnelle
Ne plus me souvenir de la saison
À la vie qui me paraissait belle

Adieu
Ma chérie que j’ai choisi de quitter
Celle que j’aime encore malgré
Mon amie rusée qui m’a trompé
Maintenant, n’est plus à mes cotés

Au contrôle que tu as eu sur moi
À l’image terne de mon reflet
Aux mensonges que j’ai crus parfois
À présent, que la vérité, s’il te plait

©WebSyCreation (26 juillet 2007)

mercredi 4 août 2010

Cirque du Soleil 2010

Magnifique! Totem au Cirque du Soleil à Québec jusqu'au 29 août 2010.


Perte de profondeur...

Le temps passe et ne se ressemble pas... Mon sevrage terminé, j'ai recommencé comme je vous ai déjà expliqué dans ce billet "J'ai juste envie de pleurer...". J'ai la tête à l'envers des émotions. Tout le contraire de ce que je ressentais dans mon sevrage. Ce n'est pas facile à vivre et ce n'est pas parce que je suis malheureuse ou déprimée. C'est que mon essence propre, mon parfum d'âme, ce qui fait de moi une personne différente des autres, est gelé par les médicaments. Je ne sens plus la nostalgie et le mal de vivre et ça me manque parce que j'ai l'impression d'être trop loin de mon moi intérieur. Comment vous expliquer quelque chose d'aussi insensé?

Le seul contenu de ma personnalité que je connais c'est celui de soirées de déboire, de poésie, d'alcool et de volatilité. Et à présent, je suis comme devenue une autre personne que je ne connais pas et je n'arrive tout simplement pas à colloquer avec. Je ne bois plus, je ne fume plus, je ne sors plus et je m'emmerde en bref. La seule régularité de mon quotidien, c'est la prise de médicaments deux fois par jour, tous les jours et encore, je ne les prends jamais à la même heure.

J'ai recommencé à travailler après neuf mois d'absence. Je réalise à quel point je suis mal dans ma peau. Ça ne paraît pas, mais je me questionne beaucoup: "Suis-je dérangeante? Est-ce que je pose trop de questions? Mon apparence est-elle démodée? Quand je parle, est-ce que ça paraît que je n'ai pas vu quelqu'un depuis si longtemps? Pourquoi, y'a personne dans mes collègues qui ne me porte de l'attention? Quel est le bon moment pour donner mon avis sur un sujet?" Pas trop évident de répondre à cela quand j'ai personne avec qui le partager et surtout, me conseiller et me comprendre tout simplement.

Je réalise en tant que personne physiquement existante que l'âme est dissociée complètement dans mon cas. Quand je marche pour aller travailler, je pense. Quand je prends ma pause, je pense. Quand je rentre à la maison, je pense encore très fort. Pourquoi n'est-ce pas plus facile de me faire des amis? J'ai l'impression que les dernières années m'ont rendu ignorante à la modernité. Je crois que les médicaments m'aident par contre à continuer de vivre en rendant les autres heureux de part leur ignorance à ma souffrance mais, me rendent malheureuse en enterrant mes sentiments.

Je disais:" Je préfère me lever et passer une journée comme un robot qu'on a bien appris ce qui est bon et ce qui est mal." Je vis ce style de quotidien maintenant mais, je ne distingue plus trop facilement ce qui est bon ou mauvais pour moi. J'ai perdu mes guides, mes références. Je ne suis qu'un tas de papiers non recyclable et je traîne au fond du bac. Je n'ai plus rien qui m'offre un désir de m'exprimer même à l'écriture. Je respire, je mange et je dors. Ma vie d'aujourd'hui se résume à la monotonie et à la contemplation des beautés de la nature dont je ne fais plus partie...

vendredi 30 juillet 2010

Maudite [Poème]

Et que la vie de petit à maudit me détruit de simple pas
J’aspire à réussir à tout simplement sortir de ma solitude
Les jours passent et s’en tasse de sombre nuit, seule à moi
J’aspire à ne plus me mentir pour ne plus être aussi rude

Au fond de moi, y’a la souplesse d’une déesse en misère
Mais qu’est-ce qu’elle attend pour prendre mon temps?
Montrer mes jours d’amour au monde que sont mes prières?
Laisser derrière moi, le fond mauvais de mon mauvais sang

Maudit que la vie n’est qu’une partie de mon rêve quotidien
Mes réveils tardifs ne sont que signe d’un malheureux destin
Tous mes gestes de ménage, de prouesse, sont de temps gaspillé
Je n’ai plus envie de vivre ni d’ivre ne m’est d’un jour apprécié

Si je peux mettre fin à mon mal d’être sans souffrir ni rire
Je hausse les bras vers le Soleil pour la bonté, l’accueillir
J’en ai rien à dire de toutes ces phrases de liberté publique
Qui ne me suivre que pour ma gueule de beauté physique

Maudite vie de malheur qui ne cesse de me centrer de peur
Qu’est-ce qui ou quoi qui peut me sauver d’un suicide torride?
Il n’y a que mon courage qui manque à ma rage de me meurs
Car déjà de mon présent, je parlerais au passé dans ce vide

Et que la vie de petit à maudit me salit de son grand karma!
Aidez-moi à rendre mon trépas facilement d’un doux passage
Je ne cherche que le désir de ne plus sentir que je suis moi
Maudissez la noirceur qui ternit le bleu des yeux de mon image

©WebSyCreation (22 mai 2010)

L’illettrée [Poème]

Et ce soir je cherche un mot à écrire mais rien ne va
Un verre deux verres et qu’importe le sens de phrase
Je ne sens pas l’inspiration qui va jeter sur ce canevas
Un texte de prose qui honore ma poésie de tout un sens

J’ai envie de me coucher sur le sol, de respirer très fort
Et à tue-tête, entendre une musique qui me fait vibrer
Arrêter le temps pour que continue le meilleur des sorts
Que je me sente bien pour un rare soir de cette année

Mais la négativité prend le dessus de mes émotions
La chanson ne fait pas de bon bond de créativité
J’ai mal au cœur, je suis bouleversée dans l’abandon
Tous les sons sont un souffle murmurant la surdité

J’avais des complices de la poésie vivement présente
S’en sont allé de part la nature et la distance des pays
Je recherche alors à rassembler mes mots de tourmente
Parce qu’au gré de l’air musical, se sont tous évanouies

Ma nature a suivi la tournure vers un autre pauvre ciel
Fuyant ma rigidité, mon intolérance et ma personnalité
Ce n’est qu’un passage inventé, car ce subtil goût de miel
N’existe pas vraiment, mais j’arrive à tendrement l’imaginer

Après tout ce temps passé à déposer des lettres sans singulier
La découverte d’un poème au rythme d’une douce musique
Se fait sentir de moins en moins réalisable au présent terminé
Je m’en vais alors, au dictionnaire des synonymes, avec plaisir

©WebSyCreation (22 mars 2010)

mardi 20 juillet 2010

Partager mon blog...

Bon, je vois bien que la grosse mode est au "blog" et que le mien ne fait en aucun doute, partie des plus désuet... Pas de visiteurs, pas d'abonnements. Surement parce que je traite de sujets négatifs dont tout le monde en a déjà sa tasse de thé! Mais je cherche à rejoindre ceux qui vivent la souffrance intérieure. Ceux qui n'écrivent pas, mais qui se reconnaitrons dans mon blog. Je cherche des gens pessimistes qui croient qu'au bout du tunnel, il y a la lumière! Je vous veux comme abonné si vous avez le mal de vivre, mais que vous souriez à chaque début de journée en remerciant Dieu.

Si comme moi, vous avez tant à raconter, mais que vous n'avez aucune idée par où commencer sur le web pour vous exprimez. Que vous entretenez un blog sans qu'un membre n'interagisse. Vous êtes à la bonne place sur le mien! Il suffit de m'envoyer un "DirectMessage" si vous désirez partager un sentiment qui vous serre la gorge. Sinon, interagissez en commentant mes billets, en les retweetant ou en les publiant sur facebook.

Mon nom est Delsy Selena et mon compte facebook et twitter sont les suivant: WebSyCreation et @dollydodiQc. J'ai aussi un site web depuis quelques années et pour en apprendre vraiment plus sur moi: WebSyCreation.com Mes photos personnelles sont sur facebook même que j'ai essayé "PhotoBucket" que je n'aime pas, profitez du quelque temps qu'il reste avant que je ferme mon compte: Photobucket WebSyCreation (fermé en août) J'ai une page facebook qui regroupe les fans de ma poésie. Il y a plus de 300 personnes d'abonné et si la poésie vous intéresse, joignez-vous au groupe Page WebSyCreation

Voilà, c'est tout ce que je peux faire de cohérent ce soir. Je voudrais écrire plus, mais je ne sais pas dans quel ordre alors, je choisi de me taire pour le moment. Pas facile de vivre avec le stress et l'angoisse... Parfois, on dit n'importe quoi! Voici quelques citations qui me rejoignent et je termine là-dessus:

La réalité est la cause principale du stress - pour ceux qui la vivent. [Jane Wagner]

En période de stress, les femmes parlent sans réfléchir. Les hommes, eux, agissent sans réfléchir. [Allan Pease]

L'angoisse. Réaction inévitable de l'être face à l'inconnu qui l'enserre. [FO]

L'angoisse suppose le désir de communiquer. [GB]

Il n'y a souvent que le blasphème pour exprimer ce en quoi on a foi. [Jean-Marie Poupart]

Pourquoi se mettre à écrire quand on sait son intérieur intraduisible. [Jean-Marie Poupart]

L'angoisse n'est pas supportable sans l'humour. C'est le mélange qui fait le plaisir. [Alfred Hitchcock]

Je suis tellement angoissé que, quand le pire arrive, j'en suis presque soulagé. [Jean Chalon]

Deux angoisses de l'écriture : ne plus rien avoir à dire, n'avoir jamais fini de dire. [Constance Debré]

J'ai toujours envie d'écrire, car j'ai toujours envie de dire, mais je n'arrive jamais à tout sortir! [WebSyCreation]

lundi 12 juillet 2010

Stress et angoisse

Il est 3:50 et je m'efforce à me sentir dans un état second... Je me stress à l'idée du jour qui va se lever et à l'heure que je suis supposée me réveiller. Je ne souhaite pas dormir. Je ne souhaite pas mettre à "off" mon cerveau. Je ne veux pas ne pas profiter des minutes qui passent. Puis-je ne jamais dormir jusqu'au jour de mon repos éternel?

Aujourd'hui, j'ai choisi un shampoing par son odeur. Comme dans un billet précédent, "Parfum, quand tu nous tiens!", j'ai ouvert le couvercle et j'ai absorbé toute la senteur pour qu'elle pénètre jusqu'à mon coeur. J'ai fermé les yeux pendant 40 secondes au moins. Hummmm, ça sent mes dix-huit ans, avec les cheveux crêpés et soutenu par du spray-net! Suis-je si vieille que ça? Je n'avais même pas vingt ans et la mode était au séchoir, la tête baissée, le coup de synthétique en spray qui commençait à inscrire: "Sans danger pour la couche d'ozone". Et si on avait su que notre planète serait si en danger? Croyez-vous qu'on aurait eu le "toupet" aussi haut?

Je ne sais pas trop quoi vous écrire. Ma tête et surtout mon coeur qui bat de tachycardie depuis six heures de temps maintenant. J'ai pris ma capsule pour le rythme et l'autre, pour le mythe... Je voudrais que le temps s'arrête, là, juste pour un long moment. Je suis très angoissée de retravailler après neuf mois d'arrêt. C'est la première fois que je suis dans une telle situation et je ne sais pas comment le prendre!

Ian Kelly

Folies d'été









mercredi 30 juin 2010

J'ai juste envie de pleurer...

Maudit que ma journée s'est mal déroulé! Toute croche! Je me suis réveillée, j'étais de mauvaise humeur. J'avais déjà pris ma décision dans mon sommeil, que je n'allais pas manger aujourd'hui. J'ai réfléchie beaucoup. J'y ai pensé en maudit. Depuis le 10 juin dernier, je me suis désintoxiqué du médicament qu'on m'a prescrit pour apaiser mon trouble de personnalité limite (TPL / BPD). Qu'une douce pilule qui coûte moins cher par moi, me suis-je dis. Plus d'assurance parce que je me suis fais congédier pour la toute première fois dans ma vie. Faut croire que les malades mentales ne sont pas les bienvenus dans les entreprises! Avant de rencontrer la dernière psy, tout allait bien sans le diagnostique de TPL.

Toute ma vie bascule. Toutes mes putains d'efforts depuis les 20 dernières années, ne me servent à rien. Je me retrouve seule, dans un océan, victime d'un accident d'avion, sans gilet de sauvetage, à nager et à nager pour ne pas me noyer. Je ne vois personne à l'horizon! Je vais mourir avec tout mon malheur...

Aujourd'hui, le 30 juin, j'ai recommencé ma pilule depuis 5 jours... Après m'être suicidé 3 fois dans la douche en répétant le geste du poignard en plein coeur et assassiné 2 personnes sur mon passage... Après m'être défoulé de rage en lançant de la vaisselle au bout de mes mains et m'être coupé 2 fois la peau avec un couteau dentelé. Après avoir lancé des lames de mes yeux profonds sur un automobiliste qui ne voulait pas céder le passage... J'ai vu la vraie nature de ma personnalité en trouble d'expressions.

Oui, c'est vrai, j'ai pleuré. J'ai pleuré beaucoup à part ça parce que mes émotions étant incontrôlables, autant dans la joie et dans le rire. J'ai vécu l'angoisse au point le plus élevé m'empêchant de prendre l'autoroute avec ma voiture. J'ai reconnu l'anxiété dans les 100 pas que j'ai marché entre la cuisine et la sale de bain. J'ai aussi,  retrouvé mon désir de fuir la réalité en portant mes mains sur mes oreilles, en me balançant au pied du lit, en répétant:" Lalalalalallalalalalaaaaaaa"! Comme une vraie folle, une vraie cinglée de cinéma.

Après cette expérience de sevrage et de prise de conscience profonde, je suis prête à reprendre ma médication même si je ne dors pas. Le 6 juillet prochain, je rencontre mon médecin avec qui je vais tout lui dévoiler. Comme quoi, j'ai besoin d'un médicament autre que celui je j'ai parce que je ne trouve jamais le sommeil avec, mais comme quoi, sans ça, il arrivera un drame dans ma vie...

Pour conclure, je vous dirai que vaut mieux, dans mon cas, prendre ma médication pour retenir mes idées noires dans ma tête et de ne pas les mettre à exécution. Parce qu'elles traînent dans un corridor étroit où la chute vers l'inconcevable est proche. J'aime mieux pleurer moins, rire moins, mais avoir la force mentale de poursuivre mon chemin vers l'avenir. Je préfère me lever et passer une journée comme un robot qu'on a bien appris ce qui est bon et ce qui est mal. De cette façon, j'arrive à vivre plus naturellement dans la société et surtout, j'ai l'optimiste de pouvoir devenir quelqu'un de normal.

lundi 28 juin 2010

La serveuse du malheur existe vraiment...

Le meilleur restaurant St-Hubert de toute la ville de Québec est selon moi, celui de Jules Verne. Il y a une ambiance de lounge 4@7 "after work" assez divertissante. Je parle bien sur du côté bar/resto Pub. Pour être franche avec vous, je n'ai jamais mangé du côté de la salle à manger, jamais dans ce St-Hubert là.

Au Pub, on retrouve des cônes de lumière moderne au rayonnement rouge en passant par le bleu et le vert. De multiples téléviseurs où l'on peut déguster durant notre repas, d'anciens vidéos des années `80 comme des plus récents grâce à Nümedia.

Il y a aussi, pour les sportifs ou les suiveux de ceux qui suivent le sport, une ou deux télévisions qui nous présente un match de quelque chose d'actualité. Des fauteuils qui ne demandent que votre pesanteur s'offre à vous pour votre intimité. Mais, mon coin préféré, c'est la table comptoir. Soit du côté "grande personne" avec un espace exagéré pour mes petites jambes, mais qui raviront les grandes personnes. Soit du côté "restreint" où la proximité est agréable à toucher.

Vendredi, samedi et dimanche c'est Céline. Elle est la plus superbe des serveuses du Pub. Elle est extraordinaire dans son service et dans sa reconnaissance envers ses plus fidèles clients. Céline, elle sait vous rendre une soirée au St-Hubert, comme si vous étiez au Loews Le Concorde. Avec ses beaux yeux et son sourire éclatant, elle vous fait sentir important parmi tous les autres individus. Céline, c'est la meilleure. Elle n'oublie jamais la sauce spéciale que vous avez choisie. Elle se rappel à chaque visite du menu que vous avez aimé la dernière fois et vous offre toujours le spécial du jour.

Mais, ce soir, on est lundi et c'est Sonia V. numéro #10. La première fois que je suis arrivée, je ne me doutais pas du tout du malheur qui m'attendait... La deuxième fois fut une expérience des plus décevante malgré le fait, qu'à se rendre compte que ce n'était pas Céline, je choisie la banquette et non le bar comptoir... Et la troisième fois, non, plutôt dire, la dernière fois fût ce soir. Oh quel malchance!

Je m'assis et avec le regard qu'elle me porte, je sais qu'elle sait que je n'apprécie pas son service. Je commande une table d'hôte avec une crème de poulet, un deux filets avec salade et un mille-feuilles avec café. Ah oui, j'oubliais, le 4@7 avec le quart le litre de vin blanc en rabais qu'elle ne m'a pas proposé. Comme entrée, je prend un 8 oz d'oignons français que je consume en 30 minutes...

Et l'heure d'après, mon repas principal arrive. Humm ça sent bon. Avec ma salade traditionnelle et mon verre d'eau qu'elle a oublié, mon assiette toute chaude se dresse devant moi! Mais.... Où est ma soupe? Où est ma crème de poulet? D'un ton arrogant, Sonia me dit:" Je suis là devant vous et vous ne m'avez rien dit?" Qu'elle conne! Mais quelle genre de serveuse peut bien faire sentir à son client que c'est votre faute si elle a oublié la maudite soupe? Je lui remets mon assiette et lui dit:" Je ne vais pas manger ma crème de poulet en même temps que mon repas principal quand même?" Et là, le regard... Le regard d'une serveuse qui jette sur vous tout le blâme de sa faute!

Finalement, je mange ma soupe... et mes deux filets de poulet qui arrive... avec un pain qui laisse la trace du grillage du réchaud, avec la trace du bâtonnet de poulet, depuis une trentaine de minutes... Elle n'a même pas changé l'assiette. Quoi? Elle a demandé de garder au réchaud mon assiette? Là c'est trop! Comment un restaurant peut-il garder une employée aussi peu sensibilisé au bien-être de ses clients? Je ne comprends pas, je ne comprends rien. Mais je sais une chose, j'appellerai avant de me rendre s'il le faut, mais jamais, plus jamais je n'irai manger dans ce restaurant quand Sonia V. #10, sera de service. Retenez bien ce nom. Si vous avez 3 heures à perdre pour un simple repas et que vous aimez ne pas avoir l'esprit tranquille lors d'un souper, alors choisissez-la! Vous ne l'oublierez jamais, je vous en donne ma parole.

vendredi 25 juin 2010

Michael Jackson: 1er anniversaire de sa mort

Un jour que je suis au travail, à mon poste de gérante, le téléphone sonne et on me dit que c'est pour moi. Pour moi? Qui peut bien m'appeler vers 17:00, heure du souper.

Delsy:" Oui, bonjour? Qu'est-ce que je peux faire pour vous aider?"
Du téléphone: "Michael est mort!"
Delsy:" Quoi? J'ai pas bien compris?"
Du téléphone:"Michael Jackson est mort!!!"
Delsy:" ...ben voyons donc, ça ne se peut pas!"
Du téléphone:" ils viennent juste d'en parler aux infos!"
Delsy:" ...[silence]... j'te rapelle plus tard, j'suis sous le choc!"


Je suis restée assise un long moment, dans l'arrière boutique. J'ai commencé à avoir les larmes qui me montaient aux yeux. "Ça s'peut pas, ben non voyons, c'est pas possible!" J'appelle ma soeur: "Michael Jackson est mort!" Elle me répond:" Non, pas vrai, j'ai rien entendu! T'es sure?" Oui je suis sure et certaine, il est vraiment mort, à ce qu'on dit. Pis là, se défile toutes sortes de souvenirs dans ma tête. Des heureux moments de ma vie, comme quoi, j'ai existé avec Michael Jackson, dans le même temps d'univers. Lui, il est partit et moi, je suis encore là? Je ne comprends pas trop ce qui arrive, y'é pas vieux. Qu'est-ce qui va m'arriver à moi dans les jours à venir? Retour en arrière....

Avant d'atteindre mes 11 ans, j'avais des amis. Dans mon quartier, j'étais le "leader" de la gang. J'organisais toutes les activités d'été de toute la petite communauté de Montmorency du côté ouest. Parmi tant d'autres, il y avait, la musique qui jouait une importante plage horaire de la journée. Entre ma démonstration de musique classique à ma guitare sèche, Michael Jackson était là et c'était très important. L'activité consiste à être 4 assis sur la balançoire en bois traité, rouge acajou, avec mon "radio" rouge, 2 haut-parleurs intégrés, à radio et cassette seulement (1986).

De plusieurs élans, on balance, on balance! Les pieds dans le vent, le sourire aux lèvres et la liberté d'expression qui s'empare de nous. C'est "Billy Jean" qui commence! Allez.... 1 2 3 on chante, on crie! Fier de connaître les paroles "in english" sans comprendre et prononçant n'importe quoi. Mais on est là! On sens qu'on vit sans même se rendre compte de l'avenir que chacun prendra... Pas de soucis...

Quand j'ai appris la mort de Michael Jackson, c'est comme si quelqu'un venait de fermer la porte à clef sur une partie de mon enfance. Le destin s'est manifesté, un 25 juin 2009, par une tornade de meubles qui a tout détruit ma maison de Barbies. Et j'ai compris, que la vie n'a aucune valeur monétaire, mais qu'elle est riche en émotions et en souvenirs! Ce sont les seules choses que les gens qui vous admirent, qui vous aiment, se souviendront, au moment de votre dernier souffle de vie... Vivez donc tant qu'il est temps et que vous êtes encore en vie!











La crise vient de passer... 18:06

J'ai envie de composer depuis des heures. J'ai envie de vous écrire depuis un minimum de sept heures. Je n'arrive pas à faire qu'une chose à la fois. Je dois constamment m'occuper à un minimum de 5 tâches à la fois! J'ai fais un grand ménage dans mes photos de mon compte Facebook. Et j'ai supprimé beaucoup de photos et surtout, j'ai réorganisé mes albums pour que ce soit plus facile de commenter... Commenter, bien oui, commenter... Y'a pas grand monde qui disent de quoi sur Facebook! Je m'attends toujours qu'à la moindre publication, y'ait quelqu'un qui laisse un message... Ça vous arrive aussi?

Bon, je vais prendre une deuxième douche. Je ne me supporte plus. Je ne veux pas ouvrir l'air climatisé parce qu'il ne fait pas assez chaud! Je ne veux pas mettre en marche la bouilloire parce que je ne veux pas boire de chocolat chaud. Je ne veux pas sortir de la maison et en faire le tour, de peur que les voisins me prennent pour une folle qui sort de désintoxe. Je ne veux pas vous écrire n'importe quoi de peur que ce soit le dernier billet que vous lisiez sur mon blog... M'en vais dans l'eau chaude, brûlante pour me tatouer la peau. Surtout, pour avoir mal ailleurs que dans mon esprit. Ma crise de rage est passé, mais ce n'est que le temps d'un moment, le temps d'une chanson, le temps d'un battement...

18:40. Je sors de la douche vêtue de rose... Vous allez surement l'apprendre si vous me suivez dans ce blog, que le rose est ma couleur préférée. Soutien-gorges, bobettes, pantalons, camisoles, chemises, pyjamas, chaussettes et manteaux roses! Une chance qu'il y a au moins ce côté de ma vie qui n'est pas noir!

Comme le titre dit, ma crise est passée. Ma crise de colère ou plus personnellement, ma "crisse" de crise vient de terminer. Normalement, ça ne dure que quelques heures et comme j'ai commencé à écrire ce billet à 18:06 et qu'il est 19:14, ça recommence encore... Je ne trouve pas qu'il y a assez de profondeur dans mon écrit. Mais là j'en ai marre. De chanson en musique de mon mp3, ça fait 3 fois que je change de batterie! Pus capable de composer sur ce sujet, j'ai juste envie de vous parler de mon mal de vivre, mais surtout, du fait que je n'ai pas mangé de la journée... Encore, un autre jour, sans rien avaler parce que j'ai la nausée. Plus à cause du médicament que j'ai arrêté, que je vous ai déjà parlé. Mais, parce que quand je suis en crise de violence, c'est moi qui en souffre le plus. C'est moi qui décide de me faire souffrir de malefaim car, je veux sentir que j'existe... que j'existe pour le vrai!

mardi 22 juin 2010

Quand les médocs sont médiocres...

Jeudi le 10 juin dernier, j'ai fais le choix personnel d'arrêter de prendre "la" pilule. Depuis les 12 dernières années qui ont passé, j'étais sous son emprise. J'ai commencé ma désintoxication en ne prenant qu'un jour sur deux, la dose... Et ensuite, la moitié de la moitié du comprimé. Mais quelle expérience! Je ne me reconnais plus, deux semaines plus tard... je suis une autre femme!

Je réapprend à pleurer et il paraît que c'est bon pour la santé. Je pleure facilement. j'ai des larmes qui dorment près de mes yeux bleus, toujours prêt à verser sur mes joues. Regardez la vidéo de " Une pilule, une petite granule" Pleurer, c'est bon pour la santé ! et la définition de Pleurer, c'est bon pour la santé.

Depuis que je ne prend plus "la" pilule en question, je découvre qui je suis. Je suis plus proche de la réalité, plus expressive, mais sans être explosive. Pourtant, ce médicament devait me faciliter la vie, mais là, je vis tout autrement et c'est assez épeurant et rassurant en même temps! Je crois que j'ai plus le contrôle de mon corps et surtout de mes crises de colères. J'ai de la peine de savoir comment j'ai été méchante envers mes proches. À force de hurler, de crier et de donner des ordres, j'ai oublié le respect et l'empathie. Je m'en excuse profondément. C'est comme si ce médicament m'empêchait d'exprimer ma joie et mes peines parce que j'étais au neutre d'émotions O_O Un genre de stabilisateur qui ne stabilisait vraiment rien!

Depuis l'arrêt de "la" pilule, j'ai des remords ou des regrets, qui avant, ne m'effleurait même pas l'esprit. Au bout du compte, ce médicament contrôlait tellement ma libido, mes émotions et ma capacité à être une femme active! Sérotonine et autres molécules impliquées dans la dépression Je sens que quand je parle et écris, c'est moi qui le pense. Personne ou rien d'autre qui me le fait exprimer! J'avais l'impression que ce n'était vraiment pas moi, qui était là devant vous!

J'ai recommencé à rêver la nuit. J'ai recommencé à bailler! Baillement au plaisir... J'ai recommencé à sentir que j'ai le contrôle de ma vie! C'est un doux sentiment que j'ai oublié depuis une dizaine d'années... Mais, j'ai des angoisses aussi. L'angoisse de rouler sur l'autoroute et de m'évanouir... L'angoisse du moment présent où j'ai des pensées suicidaires... Des envies de me couper la peau, des envies de tout lâcher et de faire mon testament. J'ai des pensées morbides que je revois dans ma tête en boucle.

Et en parlant de boucle, depuis l'arrêt de "la" pilule, mes obsessions compulsives #toc sont de plus en plus présentes. Les carrés, les chiffres pairs et impairs, la folie du rangement, de la propreté et encore plus loin, la rencontre directe avec l'humain, me fait vraiment peur.

Mais, je me sens "normal" et en contrôle de mon corps et de mes pensées. Je fais moins d'arythmie, mais ma glycémie est plus basse que jamais. Finalement, tout a changé, mais c'est toujours du pareil au même. Quand on souffre d'un trouble de personnalité limite, on vit avec ou on se suicide. Je n'ai pas le courage du deuxième sinon, je ne suis pas là à vous écrire sur le sujet. Grâce à mon espoir de trouver un équilibre dans mes émotions et mes compulsions, je continue de me lever du lit et je prend chaque jour à la fois. En espérant que quelque chose de plus puissant mettre un terme à mes souffrances, sans me faire souffrir plus encore...

jeudi 17 juin 2010

Inspirations du printemps...

Même si on se croirait l'été, on est bel et bien au printemps. Michel Fugain chante une chanson merveilleuse qui nous le rappel. Et voilà le petit vidéo:



Le printemps est arrivé, sors de ta maison
Le printemps est arrivé, la belle saison !
L'amour et la joie sont revenus chez toi
Vive la vie et vive le vent, vive les filles en tablier blanc !
Vive la vie et vive le vent et vive le printemps !
Dépêche-toi, dépêche-toi, ne perds pas de temps
Taille ton arbre et sème ton champ, gagne ton pain blanc
L'hirondelle et la fauvette, c'est la forêt qui me l'a dit
L'hirondelle et la fauvette, ont déjà fait leur nid
Y a le printemps qui te réveille, t'as le bonjour du printemps [x2] 
Y a le printemps qui t'ensoleille, oh, le coquin de printemps [x2] 

Le printemps nous a donné le joli lilas
Le printemps nous a donné du rire en éclats
Et plein de bonheur pour nous chauffer le cœur
Vive la vie et vive le vent, vive les filles en tablier blanc !
Vive la vie et vive le vent et vive le printemps
Dépêche-toi, dépêche-toi, ne perds pas de temps
Donne ta sève et donne ton sang pour faire un enfant
L'hirondelle et la fauvette, c'est la forêt qui me l'a dit
L'hirondelle et la fauvette, ont déjà des petits.

Y a le printemps qui te réveille, t'as le bonjour du printemps [x2] 
Y a le printemps qui t'ensoleille, oh, le coquin de printemps [x2] 
Y a le printemps qui te réveille, t'as le bonjour du printemps


Et voici, quelques citations que le printemps nous apporte:
  • Les femmes préfèrent être belles, plutôt qu'intelligentes parce que, chez les hommes, il y a plus d'idiots que d'aveugles. [Yvonne Printemps]
  • Plaignons les tourterelles qui ne baisent qu'au printemps! [Ninon de Lenclos]
  • En automne, je récoltai toutes mes peines et les enterrai dans mon jardin. Lorsque avril refleurit et que la terre et le printemps célébrèrent leurs noces, mon jardin fut jonché de fleurs splendides et exceptionnelles. [Khalil Gibran]
  • A Noël je n'ai pas plus envie de rose que je ne voudrais de neige au printemps. J'aime chaque saison pour ce qu'elle apporte. [William Shakespeare]
  • Il y a des pluies de printemps délicieuses où le ciel a l'air de pleurer de joie. [Paul-Jean Toulet]
  • Les filles sont jolies Dès que le printemps est là. [Hugues Aufray]
  • Tandis qu'à leurs oeuvres perverses, Les hommes courent haletants, Mars qui rit malgré les averses, Prépare en secret le printemps. [Théophile Gautier]
  • Le printemps naît chaque fois que rit une jeune fille et meurt chaque fois que pleure un enfant. [Germaine Beaumont]
  • Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, le matin, à la table des anges. [Khalil Gibran]

Messages les plus consultés (7 derniers jours)