mardi 28 juin 2011

Impulsion

L'autre jour Delsy est allé chez le tatoueur.

-Monsieur, j'aimerais avoir ce tattoo. Est-ce que c'est possible cette après-midi?
-Ben non ma jolie, la liste est longue!, lui répond t-il.

Et là, ce fut le désastre, l’apocalypse voir même. 

-Merde! 

Ça désorganise toute sa journée maintenant dont elle n'avait rien de prévu encore.

-Ok, ok (on se calme un peu, on respire) pfffff pfffff... 

Bien, Delsy avait un dilemme avec lequel elle n'avait pas du tout envie de dealer. Ce choix inapproprié à un moment opportun lui était plus que familier. Justement, elle doit faire face à de nombreuses occasions, au mur de la décision instantanée.

Delsy se pose des questions au réveil.  

-Je fais snooze ou je ne le fais pas? Je reste coucher sans dormir ou je me lève du lit maintenant? 

L'heure de la douche.

-Je prends ma douche avant de déjeuner ou j'attends pour avoir le temps de digérer? Je me lave les cheveux ce matin ou j'attends ce soir avant le coucher? 

Et comme cela, tous les jours, toutes les semaines et durant toute l'année.

Là, par contre, c'est inhabituel. Delsy doit choisir entre "se placer sur une liste d'attente ou se faire tatouer ailleurs". C'est une question à laquelle elle n'a jamais fait face et ça la déstabilise beaucoup plus. Beaucoup d'images défilent dans sa tête et elle se parle à elle-même:

-Qu'est-ce que je fais. Faut que je me décide!

En passant, l'expression "faut que" est typique chez les Borderline. C'est comme s'il fallait toujours une condition pour obtenir un résultat concret. Comme si la confiance ne régnait même pas dans leur propre esprit.

-Ton choix est fait? Tu seras alors sur la liste d'attente et ton tattoo pourra débuter dans un an. 
-Oh my god! Dans un an?, s'exclama Delsy. C'est trop loin. C'est très très loin!

Bon, ok, sa décision du moment est pris, mais pas son désir d'impulsion du présent. Oui c'est vrai, elle a choisi de laisser son nom, avec un acompte d'argent mais, sans pour autant, accepter d'attendre pendant un an. Alors que quelques jours ont passé, Delsy s'est décidé de ne plus se taillader seule et de payer un professionnel pour le faire. D'un coup de tête, elle se rendit dans un salon de tatoueur et le gars n'avait pas le temps pour elle. Delsy entra dans un second salon et avec adresse et argent, le tatoueur accepta de "dealer" avec elle...

-C'est fait? C'est terminé? C'était trop court!

Cinquante minutes ont passé et Delsy fut sauvé de la taillade "made home". Bien heureuse mais, quand l'adrénaline est redescendu, elle en voulait encore et encore et encore... Que va-t-il arriver dans les prochaines heures ou les prochains mois? Calmer certaines pulsions lui est impossible car, la demande est plus forte que l'offre.

2 commentaires:

NanouB973 a dit…

Bonjour
nanou la Terre, qui est amie depuis longtemps par blogs, et plus à présent m'a donné ton lien
je suis uen Borderline, guérie à 90%

je n'explique pas comme toi sur mes blogs.. mais si un jour tu le veux, tu peux lire aussi certains articles sur VICTOIRE AVANT TOUT et d'autres sur 8000 kilomètres...

rubrique Borderline ou mes souffrances, harcèlemnt etc..

Voilà tout ce qui peut aider d'autres personnes est important pour moi , je ne suis pas dispo aujourd'hui mais je reviens vite lire ce super blog
amicalement
NanouB973

WebSyCreation a dit…

Wow! Très heureuse de faire ta connaissance! Merci à Nanou la terre de te faire partager mon blog ;) J'ai feuilleté des 2 blogs. C'Est clair que je n'arrive pas à lire d'un seul coup, mais je vois bien que tu as traversé des épreuves difficile toi aussi. Je reviendrai te visiter et en attendant, portes-toi bien!

Messages les plus consultés (7 derniers jours)